Test eFootball PES 2021

13/10/2020

Une mise à jour qui fait le boulot.

Cela fait un peu plus de trois ans que la licence PES est au sommet par rapport à FIFA.
Et cette année, Konami a décidé en prévision des sorties de la PS5 et la Xbox Series X/S, de nous réaliser une simple mise à jour de eFootball PES 2020, se nommant simplement eFootball PES 2021.

Vous l’aurez compris, l’éditeur et développeur ne compte pas vraiment sur cette année pour révolutionner le gameplay voire le contenu. Effectivement, Konami semble attendre l’année prochaine pour faire beaucoup mieux avec un nouveau moteur graphique, et réussir à dompter la puissance des consoles nouvelles générations.
Cela dit, cette petite mise à jour fait finalement le café, et conserve inévitablement les qualités et défauts de son prédécesseur, avec toutefois de légères améliorations.

Conditions de test : Nous avons joué à plus d’une cinquantaine de matchs sur eFootball PES 2021 en naviguant entre la Ligue des Masters, tout en essayant rapidement les modes Vers une Légende, My Club, le mode en ligne et les matchs traditionnels. Le soft a été testé sur PS4 Pro. 

Pas de bouleversement sur le contenu

Vendu à 29,99 € en guise de mise à jour assumé par Konami, il était évident que Konami n’allait pas pour autant bouleverser sa formule en matière de contenu. En effet dans un premier temps, le menu de eFootball PES 2021 est strictement identique à son prédécesseur. Sans surprise qui plus est, nous retrouvons logiquement les mêmes modes de jeu avec la ligue des masters, vers une légende, le mode en ligne encore aux fraises, ainsi que My Club. Le dernier mode cité est d’ailleurs toujours le même, et sa formule devrait vraiment faire peau neuve pour la prochaine édition, le tout devenant aussi vieillissant que trop limité.

Nous n’allons pas détailler ces modes plus que ça étant donné que ceux-ci existent depuis un bon bout de temps, et ne se dotent d’aucune nouveauté qui plus est. En fait, la seule nouveauté que nous avons pu notifier a minima, n’est autre que l’ajout de nouveaux entraineurs pour le mode ligue des masters avec Pep Guardiola, Franck Lampard et Ryan Giggs. Pour le reste, il n’y a malheureusement pas grand-chose à se mettre sous la dent, et il serait grand temps pour Konami d’ajouter de nouveaux modes au plus vite sur la prochaine mouture de PES.

Côté licences, rien de bien nouveau non plus. Mis à part quelques changements de nom sur les championnats russes ou écossais, force est de constater que rien n’a bougé cette année. Toujours pas de Borussia Dortmund comme la Bundesliga, même si nous pourrons encore une fois admettre un contenu bien complet au niveau des équipes nationales, ce qui est déjà ça de pris.

En somme, Konami va devoir mettre les bouchées doubles pour redevenir agressif sur l’obtention des diverses licences détenues par EA depuis des lustres.

De légers changements sur le gameplay

S’il y a bien un domaine que l’on attendait de pied ferme hormis le contenu pratiquement inchangé, c’est bel et bien le gameplay que propose cette mise à jour estampillée eFootball PES 2021. D’ores et déjà dans la construction, il y a du mieux. En effet, la circulation de balle est plus fluide, plus fun et permet de réaliser des séquences de jeu offensives aussi réalistes qu’assez satisfaisantes pour vous créer une pléthore d’occasions de but.

Concernant les animations, le tout est un peu mieux amené. Il nous a semblé retrouver des animations encore plus naturelles, et avec des collisions pour le moins réalistes certes. Il peut arriver de voir quelques joueurs glisser sur une pelouse humide sous une pluie battante, ou des joueurs se prendre un ballon et rester au sol un moment. Le degré de réalisme est encore une fois bien présent, et on apprécie qui plus est sa physique de balle une fois de plus bien fichue, et se mariant parfaitement bien avec les conditions météorologiques.

En clair, Konami s’est clairement amélioré sur ces aspect, comme sur les gardiens. Effectivement, nos derniers remparts sont un peu plus vigilants qu’auparavant, et sortent encore une fois de belles parades. De nouvelle animations sont aussi à la clé et font plaisir. On pestera par contre sur les mêmes défauts au niveau des sorties hasardeuses des gardiens, ce qui était déjà un problème dans PES 2020. Les collisions bien que réalistes, restent aussi à revoir et peuvent parfois fausser une action comme l’arbitrage, encore beaucoup trop clément même sur les tacles assassins.

Pour le reste, eFootball PES 2021 a aussi amélioré la défense dans le bon sens. S’il pourra paraitre relativement difficile de défendre dans les 16 derniers mètres, c’est surtout car la défense est un peu plus manuelle, et que ce sera à vous d’anticiper les attaques et frappes adverses. Cela donne du coup un côté un peu plus exigeant au titre, qui l’est déjà assez sur sa construction du jeu. Ca ne plaira pas à tout le monde mais c’est cohérent, dans la mesure où la moindre erreur de placement se paie cash. Et pour ça, c’est bien géré.

A part ça, la jouabilité dans son ensemble reste à peu de choses près identique à son prédécesseur, si ce n’est dans le pressing et le duel aérien. Tout est encore plus axé sur le timing, et force est de constater que le tout est encore bien mieux fignolé que sur le précédent volet. En clair, Konami n’a pas énormément bousculé la formule mais l’a juste sublimée sur quelques points, pour un résultat qui est finalement un peu plus équilibré entre l’attaque et la défense.

Visuellement un chouia meilleur au détriment des mêmes commentateurs

Sur l’aspect purement graphique, difficile d’y voir là de gros changements. Cela dit, nous remarquons quand même un moteur graphique amélioré d’un iota sur certains détails, et il faut bien admettre que le résultat est toujours aussi bluffant.

Dans les animations en passant par les cinématiques d’entrées des joueurs absolument fabuleuses et sans compter les conditions météorologiques plus que saisissantes, Konami montre que son Fox Engine tient encore la route. Nous avons déjà hâte de voir si le titre bénéficiera d’une upgrade graphique encore plus flagrante sur le prochain opus de PES sur PS5 et Xbox Series X.

On termine sur sa bande-son. Rien de nouveau, les commentateurs fétiches de la licence que sont Darren Tulett et Grégoire Margotton restent toujours aussi barbants qu’incohérents, et il serait temps qu’un changement s’impose. Par contre, l’ambiance sonore lors des matchs semble s’être légèrement amélioré, même si nous sommes encore bien loin de ce qui se fait chez la concurrence.